logo-smartphone.png

SOCIETE HISTORIQUE DU VIe ARRONDISSEMENT

AccueilActivitésHistoire du 6èmeLes événements historiquesChahut babylonien à l'Ecole des Beaux-Arts

Bernard de Montfaucon et la médaille de la Société historique du VIe

00-montfaucon-medaille-bronze
21 sept 2021

La médaille de la Société historique, émise en 1905


Dans le courant de l’année 1905, la Société historique annonce à ses sociétaires son intention d’éditer une médaille commémorative, par lettre imprimée signée de son Secrétaire général Charles Saunier et de son Président Félix Herbet.

Le dessin à l’encre du projet y est présenté : conçu par Henry Nocq, artiste sculpteur, actif à la Monnaie de Paris et secrétaire adjoint de notre Société, il figure à l’avers Bernard de Montfaucon, avec la mention « BERNARD DE MONTFAUCON ARCHEOLOGUE 1655-1741 – 1905 HN » (HN initiales de l’auteur), et au revers une vue perspective du VIe arrondissement, le Pont-Neuf et la Monnaie de Paris bien en évidence au premier plan, les tours de Saint-Sulpice, le clocher de Saint-Germain-des-Prés et la coupole de l’Institut, avec la mention « SOCIETE HISTORIQUE du VIe Arrt de PARIS ». Nous en conservons l’original.

01 montfaucon medaille sh6 400
Dessin du projet de la médaille de la Société historique du VIe, par Henry Nocq. Copyright Sh6.

 

Le lancement de l’opération est alors prévu sous la forme d’une souscription limitée à 200 exemplaires, avec des exemplaires pouvant être en bronze, bronze argenté et argent, la clôture étant fixée au 15 avril 1905. Le prix par exemplaire est de 6 francs par épreuve de bronze, étant précisé que les épreuves en bronze argenté ou en argent seront disponibles « au tarif habituel de la Monnaie ». Dans le cadre de la souscription, le modèle est offert à la Société historique par son concepteur.

Un rappel pour les souscripteurs est ensuite publié dans notre Bulletin de 1904 t.II, probablement paru au début de 1905.

Par lettre adressée fin novembre 1905 au président Félix Herbet, Henry Nocq reconnait avoir reçu un premier acompte de 300 francs, suivis d’un solde de 365 francs le 18 novembre 1905, pour une commande d’exécution de 100 médailles. Dans l’hypothèse où de nouvelles frappes seraient réalisées postérieurement à la souscription, qui semble de ce fait désormais bornée à 100 au lieu de 200, Henry Nocq demande à rester bénéficiaire et propriétaire des droits de propriété artistique et de se réserver l’exclusivité de réalisation et de fourniture de ces nouveaux exemplaires, sans limite sur le nombre. Il s’engage par contre à ne jamais les vendre à un prix inférieur à celui de la souscription, à verser 1,50 franc à la Société historique pour toute nouvelle médaille vendue, et à ne pas réutiliser les coins pour le compte d’aucune autre société.

On y apprend que les exemplaires en argent sont facturés 17 francs.

Le 8 décembre 1905, le président Félix Herbet accepte par lettre les termes de cette proposition, sous réserve d’approbation par le conseil d’administration.

Au vu d’une première liste de souscripteurs (copyright Sh6), au nombre de 49, on retrouve aux cotés de Charles Saunier et de Félix Herbet, l’historien et avocat Gabriel Demonbynes ,Henri Fromageot avocat à la cour, le secrétaire général de la Questure au Sénat Hustin, l’écrivain Henri Dabot, l’historien Henri Masson …

 

02 souscripteurs medaille 400

37 exemplaires y sont alors commandés en bronze, 3 en bronze argenté et 9 en argent.

La Société historique conserve quelques exemplaires de cette médaille (copyright Sh6) :

03 montfaucon medaille bronze 400

 

Par rapport au projet, on remarquera une petite modification, à savoir l’ajout d’une statuette antique sur la table (proche de la plume de Montfaucon).

 

04 montfaucon medaille tranche 1000

Sur la tranche figure la mention BRONZE, précédée d’une corne d’abondance, marque de la Monnaie de Paris.

Pourquoi une médaille commémorative et pourquoi ce choix de Bernard Montfaucon ?


Sans disposer de documents écrits pour l’étayer, il semble tout à fait probable que la présence de deux numismates au sein du bureau, le secrétaire général Charles Saunier et son adjoint Henry Nocq, a été déterminante pour l’idée de lancer une médaille : Henry Nocq travaillait à la Monnaie de Paris et Charles Saunier, numismate, secrétaire de l'Exposition centennale de la médaille en 1900, présentait régulièrement des communications sur les médailles ayant un rapport avec l'arrondissement lors des réunions des comités, interventions qu'il avait d’ailleurs réunies sous forme d’une publication dans le Bulletin IV - Année 1901 T. II. p.175 « Médailles concernant le VIe arrondissement ». Une biographie de Charles Saunier figure dans notre Bulletin du Centenaire (1998) :

« Nous connaissons moins bien la personnalité de Charles Saunier (1865-1941), secrétaire général de 1898 à 1931, qui appartenait à une famille d'artistes. Historien, publiciste, homme de lettres, il avait tous les talents.

A son décès, mais l'époque ne s'y prêtait guère, aucune notice nécrologique ne lui fut consacrée. On entrevoit une carrière longue qui lui fit gravir tous les échelons du secrétariat des Postes et Télégraphes : en 1919, sous-chef de bureau chargé des fonctions de bibliothécaire, puis chef de bureau à la Caisse d'épargne, enfin inspecteur général des Postes. Il faisait partie de la Commission des musées, était très lié avec des personnalités artistiques et littéraires de son époque, certaines d'avant-garde.

En parcourant les Bulletins, on perçoit l'importance de son rôle au sein de la Société : sans doute, mise au point des volumes, rédaction des « notules » et de la plupart des notices nécrologiques, lien entre les membres et le président. Lors de son départ [en 1931], il est nommé par acclamation « Secrétaire général fondateur ». 



Au début de la présidence de Louis Simon-Juquin, 1918-1936, Charles Saunier continue à jouer un rôle essentiel. En 1930 cependant, son état de santé et un déménagement à Lozère, dans la commune de Palaiseau, où Le Corbusier lui avait construit une maison, l'obligèrent à démissionner …/... En fait, il poursuit partiellement ses activités puisqu'on retrouve encore dans les Bulletins postérieurs des notules (1932, 1933, 1935 et 1936), des notices nécrologiques et bibliographiques de sa plume (1935, 1936). Il décéda à Lozère en 1941, dans les sombres journées de l'Occupation. Ses collections étaient encore en place en 1948 quand Jean Oriou lui consacra une notice dans la revue du Vieux Papier, mais depuis, tout a disparu. »

 

05 charles saunier 400
Portrait présumé de Charles Saunier (sans précisions). Coll. Sh6.

 

Le choix du Mauriste Dom Bernard de Montfaucon, personnalité emblématique de l’Abbaye de Saint-Germain-des-Prés, se fonde naturellement sur ses qualités d’historien majeur de l’antiquité et de fondateur de la paléographie, et sur l’anniversaire de sa mort (350 ans).

Et surtout, une autre de ses compétences moins connues n’avait certainement pas échappé à nos deux protagonistes : Bernard de Montfaucon était un numismate averti !

 

00-montfaucon-medaille-bronze

Rechercher